Politique | Economie | Société | Culture | Santé | Sport |
Actualités
Ci-gît la loi sur les partis politique au Gabon

 
-Jean François Ntoutoume Emane ,ancien Premier ministre d’Omar Bongo en rupture de rangs et de bans avec Ali Bongo depuis le deuxième mandat de celui-ci en 2016 ,tout trois personalit »s politiques avant lui a pu enfin trouver une formation politique, le Rassemblement des patriotes républicains (RPR) née d’une fusion-absorption entre son écurie ,non légalisée Mouvement patriotique et démocratique pour la refondation(MPDR) et l’Union pour le développement et la liberté(UDL) ,fondée par Ekwaghé Mba, éphémère édile de la commune de Makokou , aujourd’hui décédé .
 
IL a dû se reprendre à deux reprises, Jean François Ntoutoume Emane. Essuyer la roublardise du président du Front démocratique et culturel (FDC), le journaliste et romancier, Quentin Ben Mongaryas .

Qui, après avoir convenu avec lui – de bout des lèvres ?-d’une fusion-absorption de son parti et le Mouvement patriotique et démocratique pour la refondation(MPDR),a tourné casaque au moment de parapher le carnet rose ,le laissant en plan ,la besace lestée de plusieurs dizaines de millions ,prix de la dot. Des informations difficilement vérifiables aiment à faire croire que le leader du FDC aurait été retourné par une officine proche du Palais du bord de mer de Libreville.

Puis ,un rien vanné par la grosseur de cette première couleuvre, l’ancien héraut du Parti démocratique gabonais (PDG) sous Omar Bongo (1968-2009) s’est aussitôt mis en chasse d’un nouveau partenaire prêt à se faire hara-kiri,en sabordant sa formation politique,légalisée ,de préférence .Chasse à courre dans le landerneau giboyeux de l’Ogooué Ivindo .

Bingo ! L’Union pour le développement et la liberté,(UDL) fondée par Ekwaghé Mba, éphémère édile de la commune de Makokou aujourd’hui décédé a cédé aux sons doucereux de ses grelots.En un tournemain,la fusion-absorption a été orchestrée et la naissance du Rassemblement des patriotes républicains (RPR) avec Ntoutoume Emane à sa tête, célébrée !Et de trois .Plutôt de quatre !

Tour de passepasse

Le bien nommé RPR est,dans la nouvelle galaxie politique du Gabon la troisième,quadrirème formation née d’une fusion-absorption des mouvements politiques dont l’un avait la particularité d’être légalisé plusieurs années auparavant tandis que le second , généralement de création récente ,en peine de légalisation .

Surtout à son gouvernail on retrouve un ancien hiérarque du PDG souhaitant esquiver la voie de création de parti politique au Gabon jugée,pour le moins contraignante par tous ceux qui s’y coltinent.

Même le juriste et ancien directeur de l’Ecole nationale de la magistrature ,Moukagni-Iwangou a aussi succombé aux cris de cette nouvelle sirène ,fuyant le serpent de mer,sorte d’arlésienne derrière lequel il court depuis de lustres pour essayer d’obtenir la reconnaissance officielle de la faction de l’Union du peuple gabonais (UPG) dont il a pris les rênes au lendemain de la mort,il y a huit ans de Pierre Mamboundou ,charismatique leader de l’opposition gabonaise et historique fondateur dudit parti.

Mieux ,les personnalités autrefois encartées du parti au pouvoir , sachant le diable qu’ils ont activement,de plein gré ( ?) œuvrer à cacher dans les travées de la loi relative aux partis politiques abhorrent passer par la case ministère de l’Intérieur qui,bon Prince,sait,à l’occasion le leur rappeler,un tantinet narquois s’il leur arrive parfois l’envie de vouloir crier au loup.Ou le suspecter d’obstruction dans l’examen des dossiers relatifs à la légalisation.

Dans cette occurrence,on comprend alors que l’option de la fusion-absorption à grand renfort de monnaie sonnante et trébuchante pour mieux dorer la pilule au responsable dont le parti va disparaitre est désormais la lubie trouvée par les néo opposants et consort.Le nouvel avatar a déjà été usé par les promoteurs du Rassemblement"Héritage et Modernité",Alexandre Barro Chambrier et Noel Borobo Epembia du Fundu ou encore par Guy Nzouba Ndama,ancien président de l’Assemblée nationale qui a enrôlé le Dr Akouré,président de l’Alliance pour le nouveau Gabon (ANG) en mars 2017 pour donner"Les Démocrates".

Ci-gît la loi sur les partis politiques

La loi sur les partis politiques au Gabon,malicieusement transformée , voire opportunément érigée en chausse-trapes par le Parti démocratique gabonais ,sans discontinuité au pouvoir depuis 1968 et même sous le vernis de 1990 ,année du retour au multipartisme fout les jetons à plus d’une personne voulant fonder une formation politique.

Car si le Gabon consacre bien le multipartisme et organise à intervalles presque réguliers les élections,avoir une chapelle relève et à contrepoint d’un parcours de combattant et beaucoup finissent par jeter l’éponge,tant la procédure est un véritable steeple-chase.

En effet,ladite loi dispose,par exemple que"la déclaration d’un parti politique se fait par dépôt d’un dossier en triple exemplaires auprès des services compétents du ministère de l’Intérieur ".Lequel dossier en trois exemplaires comprend "trois exemplaires de statuts contenant les fondements ,les objectifs et l’ordonnancement des différents organes du parti,un état d’adhésions en triple exemplaires de 9000 adhérents au minimum repartis sur l’ensemble du territoire"…

Last non least, le récépissé donnant statut juridique est quant à lui "après vérification de la véracité des états d’adhésions dans un délai maximum d’un an à compter de la date de délivrance du récépissé du dépôt du dossier …’’ !

Inutile de dire que peu emprunte cette voie-là qui, combinée à la lenteur volontaire des services administratifs du ministère de l’Intérieur est perçue comme un traquenard et nul ne veut perdre son temps devant cette conjecture.

Pris en quelque sorte entre la peste de la légalité en matière d’activités politiques et le cholera de la mauvaise foi des clercs administratifs quand il s’agit d’examiner en toute impartialité le dossier de constitution des partis politiques,l’alternative est souvent à chercher dans le fait accompli.

Ce dernier temps donc sous l’impulsion des barrons du PDG,plusieurs fois membres aussi bien de l’Exécutif que du Législatif mais frais émoulus sortis du giron de l’ancien parti unique,disposant,par ailleurs selon le commun de mortels locaux de matelas financiers confortables,on assiste,coi à un manège singulier:l’émergence de regroupements politiques formés après une opération d’ingestion d’un ancien parti,parfois sans le moindre élu,mais légalisé,consentant à disparaitre pour faire place nette à un néo-opposant.

La manœuvre semble être rendue aisée par un type particulier d’argument de persuasion qui fait mouche aussi bien à bout touchant qu’à bout portant : l’argent.

Oh ! bien entendu,les duettistes hurlent comme de vierges effarouchées quand il s’agit d’évoquer le sujet de contreparties financières, mais c’est un secret de Polichinelle.

Foin de scrupules, le tour de passepasse usé et abusé( ?) par les transpartis ,quoique réglementaire puisque prévu par la loi sur les partis politiques agit cependant comme un puissant révélateur du caractère inique des dispositions conduisant à la légalisation de partis.

A cet effet,le raccourcis enfourché par une partie des acteurs politiques pour exorciser les tracasseries administratives jalonnant le parcours de l’obtention du récépissé de légalisation d’un parti politique est aujourd’hui suffisamment illustratif pour affirmer avec Felwine Sarr,universitaire,écrivain et cofondateur des Ateliers de la pensée à Dakar et à Saint-Louis que la" démocratie,ce n’est pas seulement l’organisation des élections.C’est aussi la participation du plus grand nombre au choix politiques,le contrôle de l’action politique,l’existence des contre-pouvoirs,un contrat social articulé autour du bien-être du plus grand nombre.(….)Le fondement démocratique doit être de savoir comment organiser la cité au profit du plus grand nombre."

Au Gabon,il apparait clairement que les restrictions essaimées autour du processus de légalisation des partis politiques sont notoirement un frein à l’expression de la pluralité d’opinions,de la démocratie.Tout court.

 
Artcile publié le: 12/03/2018 source: Auteur:Ibrahim Zoumano

 

  Tout les articles
Imprimer cet article
Envoyer le a un ami



Les dernières News
Economie
A Franceville Ali Bongo lance le FID

-Le chef de l’Etat gabonais Ali Bongo a procédé, samedi 21 avril 2018 à Franceville (Sud-est) au lancement...

Politique
Centre Gabonais des élections ou la controverse en pschitt

- Le ministre gabonais de l’intérieur,Lambert Noël Matha au lendemain de la publication lundi 16 avril...

Musique
Mackjoss ,artiste musicien gabonais est mort

-Jean Christian Makaya,de son nom d'artiste Mackjoss est décédé, ce mercredi à minuit, au Centre hospitalier...

Société
Un violent incendie ravage un des marchés de Franceville

-Un des marchés de la commune de Franceville, celui situé à l’emplacement du premier hôpital de la ville...

ONU
Hugues Roland Mandoukou,casque bleu gabonais livreur de munitions de guerre à Bangui en route vers la prison

-Hugues Roland Mandoukou,casque bleu gabonais de la mission onusienne en Centrafrique, arrêté vendredi...

Parlement
Les députés infligent un camouflet au gouvernement en rejetant l’ordonnance sur le statut général de la Fonction publique

-Les députés ont ,en ce mois d’avril 2018 infligé un camouflet au gouvernement en rejetant,en totalité...



Apportez vos réactions sur cet article

 

Votre nom : *
Votre email : *
Sujet : *
Votre message
 
  Les champs qui sont suivis d'un astrerix (*) sont obligatoires

Nos Rubriques

Actualités sur le Gabon
Actualités sur l'international
Dossier sur le Gabon
Nos vidéos
Nos reportages

Notre groupe

Directeur de publication et de rédaction (Ibrahim ZOUMANO)
Gabonpage.net (Quotidien en ligne)

Nos Prestations

Couverture des évènements
Création de site web
Création de logo
Nos Contacts

01 58 22 93

Copyright © 2009 gabonpage.net