Politique | Economie | Société | Culture | Santé | Sport |
Actualités
Haut-Ogooué, 23 députés et grogne de certaines populations à l’annonce du nouveau découpage électoral

 
-Le nouveau découpage électoral publié lors du conseil des ministres du 26 janvier 2018 dans lequel le nombre de députés passe de 120 à 143 et la contraction de sénateurs actée fâche une partie de la population de la province du Haut-Ogooué qui ,malgré les 23 élus du peuple devant désormais représenter,au Palais Léon Mba,siège de l’Assemblée nationale les 11 départements de cette région du sud-est du Gabon estime les critères de répartition tirés directement de la jambe de Jupiter.
 
On pouvait, en toute logique s’attendre à voir l’ensemble de la province du Haut-Ogooué ,au sud-est du Gabon sortir ,qui trompètes ou tambours pour célébrer l’augmentation du nombre de députés qui vont désormais représenter les 11 départements de cette région dont l’actuel chef de l’Etat ,Ali Bongo , tout comme son prédécesseur de père Omar Bongo sont originaires. Que nenni !

Le nouveau découpage électoral ,publié à l’issue du conseil des ministres du 26 janvier 2016, au prolongement des recommandations du Dialogue politique tenu du 12 avril au 26 mai 2017 dans la commune d’Akanda ,au nord de Libreville a certes matérialisé la fixation et répartition des sièges de députés par province , département et commune en faisant passer de 120 à 143, soit une envolée de 23 le nombre d’élus au Palais Léon Mba ,adresse de l’Assemblée nationale avec notamment un enrichissement significatif pour le Haut-Ogooué ,
23 représentants pour 11 circonscriptions administratives , juste derrière l’Estuaire abritant la capitale politique du pays ,26 sièges, rien n’y fait.

Vent debout au département de la Passa

La nouvelle carte électorale du Gabon , ainsi consacrée par l’ordonnance présidentielle adoptée par le conseil des ministres en sa séance du 26 janvier courant donne en effet , en sus du fait que chaque arrondissement des chefs-lieux des provinces disposera désormais d’un député , exception notoire de Libreville adjugeant deux un accroissement .

Dorénavant ,il faudra compter : Estuaire(26),Haut-Ogooué(23),Ngounié, Woleu -Ntem(18), 12 pour l’Ogooué-Ivindo et l’Ogooué-Lolo, Ogooué- Maritime(13),la Nyanga se tire avec 11 sièges tandis que le Moyen Ogooué boucle le rang avec 10 députés,bonifié en cela par les deux arrondissements de la commune de Lambaréné .

Dans cette inflation, la ville de Franceville,fondée par l’explorateur français Pierre Savorgnan de Brazza en 1880, chef-lieu du département de la Passa et aussi capitale de la province du Haut-Ogooué, autrefois possédant un seul élu pour quatre arrondissements a vu sa fortune prendre de l’ascenseur. La nouvelle clé de répartition lui attribue en un seul trait de clavier quatre postes en plus de deux du département.

De toutes les circonscriptions administratives de la région, voire du pays, la Passa, du nom de l’une des rivières qui mouille ses rivages est l’unique bastion politique ayant vu une fée bienfaitrice se pencher opportunément( ?) sur son berceau lors des arbitrages sur le nouveau paysage électoral du pays en raison, entre autres de la faible structure de sa population –moins d’un habitant au km2 en dépit de l’extraordinaire et incongru gonflement imprimé lors du scrutin présidentiel d’août 2016-
Six sièges de députés , largement nécessaire , en ce qui concerne les partis politiques présents dans l’hémicycle pour , dans l’état actuel de conditions de création d’un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale – 5 élus-de pouvoir mettre en place et donc bénéficier et du temps de parole et des financements qui vont avec . Pourtant, l’annonce du nouveau découpage soulève ici une flambée de contestations venue notamment de la part de populations de deux cantons, Ndjoumou et Kassa1.
Estimant avoir été agglomérés, à l’insu de leur plein gré , puisqu’au terme du gravillonnage devant régir à compter de l’année 2018 les élections législatives au Gabon ,le premier siège de la Passa naguère n’englobant que les habitants de la zone Onkoua et ceux de l’artère Epila jusqu’à Eyougha1 ,sur l’axe Franceville -Ngouoni ,est maintenant étendu à la sous-préfecture d’Andjongo jusqu’à la rivière Lekoni , au village Olouga-Onvouri, autrement une superficie la plus étalée de la province pour une circonscription élective.
Singularité supplémentaire, on y trouve un patchwork de peuplades qui , en temps ordinaire , suivant le code d’associabilité régissant l’occupation de terrains par les aborigènes altogovéens n’auraient jamais pu s’agréger sans heurts , tant les caractéristiques sociolinguistiques sont difficilement insolubles dans une cohabitation .

Mbaghouins, Wubu,Ndassa, Ombamba ,Ndumu,Kanigui , Téké sont maintenant logés dans le même giron ! Conséquemment,ce qui devrait arriver advint : Kanigui et Ombamba de la route Andjongo,en premiers de cordée ont prestement pris la proue d’une contestation à l’issue de laquelle ils espèrent voir le gouvernement revoir sa copie au sens de la constitution d’un nouveau siège et exigent qu’une circonscription électorale soit attribuée à leur canton, au motif,pour leur avantage qu’ils disposent d’une densité numérique fournie ,suffisante pour emporter la mise.

Pour des raisons strictement inverses et un tantinet prosaïques qui tiennent à la fois d’une peur ancestrale et d’un instinct de survie, Mbaghouins et Ndassa, minoritaires au niveau de la population de l’axe Ndjokaye-Onkoua ont ,en chœur entonner l’antienne :sauvegarde d’ethnies en voie d’extinction .

A la conclusion de plusieurs séances de messe-basses mâtinées de danse Ngoye ou Nzé , du nom d’un rite traditionnel ,sorte de franc-maçonnerie en commun entre lesdits groupes ethniques ils ont échafaudé , comme arme de combat une stratégie en direction de deux fronts : administratif et intra-communautaire .

De sources concordantes, non démenties, un billet de protestation aurait été adressé au ministre de l’Intérieur dans lequel la crainte de se voir solubles, inaudibles dans une circonscription électorale rendue plurilingues est clairement mise en relief par les majors de ces deux peuplades pour mieux rehausser la nécessité d’œuvrer à la sauvegarde de leurs valeurs morales, culturelles,à leur développement et au rayonnement de la diversité dont ils incarnent.

En direction de commensaux ,le rappel de pactes ancestraux cimentant l’entraide en cas de menace sur les alliés putatifs a été activement ravivé auprès notamment des Ombamba du cru afin qu’ils se joignent à eux dans la croisade contre l’élargissement au canton Kassa1 de ce qu’ils considèrent comme étant leur bastion électoral..

Pour l’heure nul ne sait la suite à donner à la double bronca ,non concertée d’autochtones des axes Ndjoumou et Kassa1.

Une chose est toutefois certaine : il est inenvisageable que le gouvernement modifie la fixation et répartition des sièges de députés par province,département et commune en faisant passer de 120 à 143, soit une envolée de 23 le nombre d’élus au Palais Léon Mba,adresse de l’Assemblée nationale,avec pour l’essentiel un enrichissement significatif au Haut-Ogooué,23 représentants pour 11 circonscriptions administratives,juste derrière les 26 de l’Estuaire, abritant la capitale politique et administrative du pays .

 
Artcile publié le: 23/02/2018 source: Auteur:Ibrahim Zoumano

 

  Tout les articles
Imprimer cet article
Envoyer le a un ami



Les dernières News
Gouvernement
Communiqué final du Conseil des ministres du 31 MAI 2018

-Sous la Haute Présidence de Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République, Chef de l’Etat,...

Société
Du rififi et poursuites judiciaires en perspective à la Sogatra

– La Direction générale de la Société gabonaise de transport (Sogatra),vient de suspendre plusieurs de...

Coopération
Gouvernement-Banque mondiale et le surplace de la Réforme administrative

-Le ministre de la Fonction publique, Ali Akbar Onanga Y'Obeghe et la représentante résidente de la Banque...

BEAC
Dix sept banques écoulent 4700 milliards de francs de transactions

-La Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC),faisant le point au 31 décembre 2017 s'est aperçue...

Culture
La 14ème édition de la Fête de la Culture gabonaise réduite à Libreville

– Les festivités marquant la 14ème édition de la fête de culture au Gabon,débutées,vendredi 25 Mai 2018...

Gouvernement
Le gouvernement ravale les Agences ,renonce à la BOP et veut mincir la Fonction publique

– En conseil le 17 mai 2018 dans la salle habituelle du Palais du Bord de mer, le gouvernement et le...



Apportez vos réactions sur cet article

 

Votre nom : *
Votre email : *
Sujet : *
Votre message
 
  Les champs qui sont suivis d'un astrerix (*) sont obligatoires

Nos Rubriques

Actualités sur le Gabon
Actualités sur l'international
Dossier sur le Gabon
Nos vidéos
Nos reportages

Notre groupe

Directeur de publication et de rédaction (Ibrahim ZOUMANO)
Gabonpage.net (Quotidien en ligne)

Nos Prestations

Couverture des évènements
Création de site web
Création de logo
Nos Contacts

01 58 22 93

Copyright © 2009 gabonpage.net