Politique | Economie | Société | Culture | Santé | Sport |
Actualités
Pierre Péan condamné par le tribunal correctionnel de Paris,mais satisfait du verdict dans l'affaire l'opposant à Ali Bongo

 
O.-Le journaliste et écrivain d'origine française Pierre Péan a été condamné jeudi 5 octobre 2017 par le tribunal correctionnel de Paris à 1.000 euros d’amende,mais satisfait du verdict de la justice dans l'affaire l'opposant au président gabonais Ali Bongo dont les passages de son livre intitulé'Nouvelles affaires africaines''publié en 2014 laissaient entendre que celui-ci avait ourdi de deux tentatives d’assassinat de Jean-Pierre Lemboumba,directeur de cabinet de son président de père Omar Bongo,commandité l’empoisonnement de Georges Rawiri,président du Sénat,et d’avoir fomenté un " coup d’Etat électoral "lors de l’élection présidentielle de 2009.
 
Les deux parties ont célébré différemment , pour des raisons diamétralement contraires le verdict rendu jeudi 5octobre par le tribunal correctionnel de Paris au sujet de l'affaire opposant le président gabonais Ali Bongo au journaliste et écrivain d'origine française Pierre Péan auteur du livre intitulé "Nouvelles affaires africaines" publié en 2014 dont certains chapitres , jugés diffamatoires sont restés entravés dans la gorge du premier cité .

Sur les contenus de trois chapitres querellés , à savoir l'affirmation du journaliste selon laquelle l'actuel chef de l'Etat gabonais a été à l’origine de deux tentatives d’assassinat de Jean-Pierre Lemboumba,directeur de cabinet de son père Omar Bongo quand celui-ci était président ,ou que l'occupant du fauteuil le du Palais du bord de mer de Libreville a dirigé les mains qui ont empoisonné Georges Rawiri,président du Sénat, ou encore qu'Ali Bongo et a fomenté un " coup d’Etat électoral "lors de l’élection présidentielle de 2009,le TCP a tranché distinctement les chefs d'accusations.

Condamnation sur le chapitre Jean-Pierre Lemboumba

Dans ses écrits Pierre Péan se voulait plutôt très sûr de son fait :"Ali Bongo était (1993)à l’origine de deux tentatives d’assassinat de Jean-Pierre Lemboumba, directeur de cabinet de son père Omar Bongo quand celui-ci était président".

Les juges , au contraire ne l'ont pas suivi dans ce sillon , trouvant , à contrepoint que ses passages relent du domaine des " accusations très graves formulées de façon affirmative ", sur une base factuelle " insuffisante" , peut-on aujourd'hui lire dans leur décision.

Arguant sa bonne foi et son versant de gentleman ,l'écrivain , dans une interview au journal gabonais "L'Aube"-9/10/17- soutient avoir été à mesure d'apporter les preuves de ses allégations au sujet de ces deux tentatives d'assassinat contre M.Lemboumba.

Seulement ,"(...)un des témoins importants m'a demandé au dernier moment de ne pas livrer (les)documents à la justice. Donc je les ai gardés par devers moi" plaide -t-il.

Ailleurs , par contre ,qu'il s'agisse de l'empoisonnement de Georges Rawiri ou du "coup d'Etat électoral" de 2009,diapason parfait entre lui et les juges du Tribunal correctionnel de Parais (TCP).

Lesquels dans leur rendu abondent dans le même sens que lui et le relaxe ;car il a fait la démonstration d'une " documentation solide, variée, abondante et qui se recoupe " pour nourrir ses propos.

Mais , de façon aussi étonnante ,l'un des chapitres du livre "Nouvelles affaires africaines, mensonges et pillages du Gabon" qui avait pourtant fait couler beaucoup d'encre et de salive , celui concernant le présupposé fait selon lequel le président gabonais serait un enfant nigérian adopté pendant la guerre du Biafra, a été superbement escamoté ,le sujet ayant été à peine effleuré durant le procès.

L'avocat du président,Maître Delphine Meillet estimant que Pierre Péan y réfléchira désormais à deux fois avant de " tenir des propos inadmissibles " sur le chef d'Etat gabonais ,Ali Bongo qui avait porté pliante pour diffamation , justifie le silence du tribunal sur l'adoption ou non de son client pour ce que ledit sujet n'était pas en débat .

Toutefois, Maître Florence Bourg ne veut retenir que les menus détails en minimisant la condamnation de son client Pierre Péan .Elle claironne soulignant que "toutes les demandes de publication " du verdict d'Ali Bongo ont été rejetées par le tribunal.

Au final ,Sophie de Closets, directrice de l’éditeur du livre, Fayard, a pour sa part été condamnée à 1.000 euros d’amende avec sursis. Les deux prévenus devront en outre payer un euro de dommages et intérêts à Ali Bongo.


 
Artcile publié le: 12/10/2017 source: Auteur:Ibrahim Zoumano

 

  Tout les articles
Imprimer cet article
Envoyer le a un ami



Les dernières News
Economie
Les Douanes d'Afrique en acclimatation et adaptation aux nouveaux outils de gestion

0.-Les 23 bureaux des douanes d‘Afrique occidentale et centrale sont réunis en atelier régional dans...

Politique
Le PDG désapprouve initiative du groupe dénommé"Actions et Perspectives pour le président de la République"

0.- Le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir, par la voix de son secrétaire général, Eric Dodo...

Filiation d'Ali Bongo
Joséphine Nkama condamnée par la 17e Chambre du TGI de Paris à payer 2 000 euros à Pierre Péan

0.-Joséphine Nkama,de son nom d'artiste Patience Dabany,ex épouse d'Omar Bongo et mère du président gabonais...

Coopération
Ali Bongo à Malabo pour une visite de quarante-huit heures

0.- Le chef de l'Etat gabonais Ali Bongo a quitté Libreville ce 1er décembre 2017 en direction de Malabo...

Siences
L'Union africaine subventionne l'AGEOS

0.-L'Agence gabonaise d’études et d'observations spatiales (Ageos)basée à Libreville et de la Commission...

Gouvernement
Alain Claude Bilié-By-Nzé dresse les perspectives de son département ministériel

O. - Le ministre de la communication, de l’économie numérique, de la culture, des arts et des traditions,...



Apportez vos réactions sur cet article

 

Votre nom : *
Votre email : *
Sujet : *
Votre message
 
  Les champs qui sont suivis d'un astrerix (*) sont obligatoires

Nos Rubriques

Actualités sur le Gabon
Actualités sur l'international
Dossier sur le Gabon
Nos vidéos
Nos reportages

Notre groupe

Directeur de publication et de rédaction (Ibrahim ZOUMANO)
Gabonpage.net (Quotidien en ligne)

Nos Prestations

Couverture des évènements
Création de site web
Création de logo
Nos Contacts

01 58 22 93

Copyright © 2009 gabonpage.net